Euro 2008: la France et l'Italie à la croisée des chemins.....

Publié le par MAVERICK

 Les chemins de la France et de l'Italie se croisent à nouveau ce mardi à l'Euro, deux ans après la finale de la Coupe du monde, avec cette fois pour simple enjeu de ne pas finir dans une impasse.

Champions du monde italiens et vice-champions du monde français ont suivi des routes parallèles dans le groupe C. Ni les uns ni les autres n'ont été capables de franchir l'obstacle de la Roumanie et tous ont été balayés par une tornade orange lorsqu'ils ont croisé les Pays-Bas.

Deux ans après le sommet du stade olympique de Berlin, les voilà désormais contraints de disputer dans le modeste Letzigrund de Zurich un nouveau match couperet, à l'issue duquel le vainqueur n'est même pas assuré de rester en vie.

"Il faut faire de ce match quelque chose de grand", a réclamé Raymond Domenech.

Pour la France, la situation est limpide: il faut absolument gagner pour espérer arracher la deuxième place de la poule.

Avec un simple match nul, l'Italie peut en revanche inscrire un nouveau chapitre à sa légende de ressuscitée permanente. Elle pourrait alors se qualifier pour les quarts de finale avec seulement deux points.

Le destin des deux finalistes du dernier Mondial se joue aussi à Berne car leurs bourreaux néerlandais, déjà qualifiés, pourraient leur porter le coup de grâce en s'inclinant face aux Roumains.


Raymond Domenech "pour la France, la situation est limpide:
il faut absolument gagner pour espérer arracher la deuxième place de la poule".

CHAMBOULEMENTS

Pour survivre au groupe C, la France doit marquer.

Après leur entrée en matière poussive contre la Roumanie (0-0), les Bleus ont paradoxalement trouvé des motifs d'espoir dans la défaite contre les Pays-Bas, malgré la lourdeur du score (4-1).

"Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas eu autant d'occasions", a constaté Raymond Domenech, tout en regrettant la "maladresse" de ses attaquants.

Entre ces deux premiers matches, le sélectionneur a modifié sa formule offensive et la froide lecture des statistiques (un seul tir cadré contre la Roumanie, 23 tirs contre les Pays-Bas) pourrait à elle seule l'inciter à reconduire son schéma à un seul attaquant - Thierry Henry - quitte à laisser une fois de plus Karim Benzema sur le banc.

La défense s'est en revanche exposée à un remaniement avec la déroute face aux Néerlandais, même si Raymond Domenech est rétif aux chamboulements défensifs.

Lilian Thuram a lui-même endossé une part de responsabilité sur les quatre buts encaissés vendredi. Au moins deux d'entre eux sont venus du côté droit de la défense française, celui de Willy Sagnol, qui a souvent paru dépassé par la vivacité des attaquants néerlandais après sa saison émaillée de blessures.

Le cas Vieira a été réglé hier soir. Le capitaine français ne se sent pas capable de jouer contre l'Italie mardi. Patrick Vieira s'est blessé à une cuisse le 30 mai, la veille du deuxième des trois matches de préparation à l'Euro, et il n'a pas participé aux deux premières rencontres de la France dans le groupe C.

L'Italie est elle aussi à la recherche de la formule magique, en attaque comme en défense. Roberto Donadoni, qui a déjà procédé à des changements entre les deux premiers matches, a été séduit par Antonio Cassano, qui pourrait prendre la place d'Alessandro Del Piero devant.

De multiples scénarios sont possibles, les acteurs ne sont pas encore connus mais l'épilogue comporte déjà une certitude: au moins l'un des favoris du tournoi disparaîtra à l'issue de ce duel. Bertrand Boucey, édité par Jean-Stéphane Brosse



 

Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
**MAVERICK**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article