01DEC:« Dès maintenant, le sida pourrait être stoppé »

Publié le par MAVERICK

(et aussi l'ANNIV à ma soeur GWEN...

BON ANNIV au SENEGAL)

La XXe Journée mondiale de lutte contre le sida se tient aujourd'hui. Faute d'un vaccin, l'accès universel aux traitements permettrait de contrôler l'épidémie.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Willy Rozenbaum.

Chercheur à l'université Paris VI, spécialiste des maladies infectieuses, il a été l'un des premiers médecins à s'intéresser à la maladie. Il préside le Conseil national du sida.

La perspective de la mise au point d'un vaccin contre le sida s'éloigne. Pourra-t-on jamais endiguer cette épidémie ?
Après vingt ans de recherche, tous les essais vaccinaux sont stoppés. Il n'y a aucun résultat. Il faut reprendre les recherches fondamentales. Par contre, on ne le dit pas assez, nous disposons de tous les moyens pour contrôler cette maladie, et finalement l'éradiquer, sans vaccin.

Comment ?
En dépistant et en traitant les malades. Nous avons déjà bloqué la transmission entre la mère et l'enfant grâce aux traitements. On peut espérer la même chose concernant la transmission sexuelle. Un récent article publié dans la revue Lancet démontre que c'est effectivement possible.

Qu'est-ce qui manque ?
Il faut à la fois de l'argent et de la volonté politique, au plan international et au plan local. Cette bataillecontre le sida, j'aime le rappeler, coûterait moins cher qu'une guerre en Irak. Certains pays dits intermédiaires, comme le Brésilou la Thaïlande, mais aussi le Malawi, en Afrique, obtiennentde bons résultats dès qu'une politique cohérente est mise enplace.

Côté financements et prix des traitements, des efforts ont été accomplis.
Jacques Chirac a été le premier homme d'État à plaider l'accès aux traitements. L'injustice était flagrante. On avait les patients surtout au Sud, et des traitements surtout au Nord. C'était à Dakar, en 1998, lors d'un sommet sur le sida. Et puis Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, a concrétisé ce discours en mettant en place le Fonds mondial contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Dans le même temps, les ONG obtenaient de l'industrie pharmaceutique une baisse des prix des médicaments et l'arrivée de génériques.

Alors, où sont les obstacles ?
Le Fonds mondial, le plan américain, les fondations privées, Clinton, Bill Gates, permettent de financer les médicaments des patients soignés. Problème : on ne traite actuellement que trois millions de séropositifs, alors qu'il y a cinq millions de contaminations nouvelles chaque année. Le principal obstacle est le manque de soignants. Un exemple, le Burkina. D'un côté plusieurs dizaines de milliers de personnes contaminées. De l'autre, 450 médecins, toutes spécialités confondues. Il faudrait d'abord que les pays riches cessent de ponctionner les médecins des pays africains.

L'accès aux traitements n'est pas gratuit partout ?
Non et c'est pourtant la solutionavec ces traitements à durée indéfinie. Les patients démunis ne peuvent pas se soigner très longtemps. Ils s'appauvrissent vite et arrêtent de se soigner. Quant aux équipes des ONG type Médecins sans Frontières, Médecins du Monde, elles ne peuvent pas se substituer très longtemps aux pouvoirs publics. Ce n'est pas le but. À chacun de prendre ses responsabilités. Sinon la maladie ne reculera pas.

 

N'hésite pas à visiter et à t'inscrire à ma nouvelle communnautés

pour FILLES et GARCONS...

ainsi qu'à ma communautés sur NANTES et le 44

Un p'tit vôte pour mon site...???
Merci.
Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

 **MAVERICK**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
N'ayant pas eu beaucoup de temps pendant le mois de décembre, je viens en ce premier jour de la nouvelle année, te remercier du petit clin d'oeil pour mon anniv.Big kiss
Répondre
T
très bon article
Répondre