Prisons : les cours de promenade font peur

Publié le par MAVERICK



Premier rapport public du contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue. Il a enquêté dans une maison d'arrêt.

Elle n'est ni vétuste ni surpeuplée et les détenus s'y suicident plutôt moins qu'ailleurs. La maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, appartient à la catégorie des prisons modernes. Elle a été ouverte en 1990. Elle compte 600 places et elle met en oeuvre « un parcours individualisé » à l'intention des détenus.

Rien de spectaculaire, donc. Villefranche n'a pas fait la Une des médias. C'est ce qui donne aux recommandations de Jean-Marie Delarue une valeur générale quand il dénonce
« des cours de promenade abandonnées aux détenus, des lieux de tous les dangers », « un espace dépourvu de règles ».

Ségrégation entre détenus

Menaces, rackets, violences, trafics. Le personnel n'y va plus, surveille de loin ou par vidéo-surveillance. À Villefranche, fin août, y a éclaté une violente rixe entre deux clans. Bilan : un blessé grave. Certains détenus ne veulent plus quitter leurs cellules. « Reconquérir les cours de promenade doit être un objectif de l'administration pénitentiaire. » Le rapport a été communiqué « pour observations » à la ministre de la Justice, Rachida Dati, et à sa collègue de la Santé, Roselyne Bachelot.

Le parcours individualisé mis en place dans cette maison d'arrêt s'attire aussi de sévères critiques. Il est pourtant recommandé par les règles pénitentiaires européennes. Mais, là, il s'agit avant tout d'opérer un tri parmi les condamnés. Les uns, jugés aptes à évoluer, se voient proposer un contrat, de meilleures conditions de détention, une activité. Les autres, rien.

D'un côté, dit-il, le quartier de « l'excellence », de l'autre celui des « réprouvés ». « Cela se traduit par une pure et simple ségrégation entre les détenus, qui se répercute sur les surveillants. » Cette procédure du parcours individualisé doit donc, selon lui, s'appliquer absolument à tous.

Officiellement, tout détenu a droit à un recours hiérarchique et confidentiel. Droit souvent non respecté.
« Trop de lettres restent lettres mortes et l'impossibilité de protester contre ses conditions de détention provoque, rappelle-t-il, repli sur soi, souffrance ou violence. »

Les conditions de travail des personnels font aussi l'objet de plusieurs remarques. Les services de probation et d'insertion sont noyés sous les tâches administratives. Résultat :
« La prise en charge sociale de la plupart des détenus est défaillante. »

Depuis Villefranche, le contrôleur et son équipe ont visité quinze autres établissements, dont Caen et Angers. Les rapports seront également publics.

HEUREUSE ANNEE

2009

N'hésite pas à visiter et à t'inscrire à ma nouvelle communnautés

pour FILLES et GARCONS...

ainsi qu'à ma communautés sur NANTES et le 44

Un p'tit vôte pour mon site...???
Merci.
Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

 **MAVERICK**

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article