Les prostituées s'affichent aux feux ...

Publié le par MAVERICK

A LA UNE

La prostitution gagne du terrain dans l'agglo nantaise,
sous de nouvelles formes.
Enquête.

Annonce sans ambiguïté : sur les lampadaires ou les feux rouges,
s'exposent régulièrement des autocollants.

NANTES

Depuis l'automne, la scène est récurrente. En une nuit, des autocollants fleurissent sur l'ensemble du mobilier urbain du centre-ville de Nantes. Une mince bande de papier déclinant un prénom féminin - Maëva, Alicelove ou Michelle pour nom de scène - et un numéro de téléphone portable. Un coup de fil lève toute ambiguïté. Maëva, « poitrine opulente et naturelle », propose « des rencontres coquines, à partir de 80 € et jusqu'à 150 € pour la totale ». La voix qui s'exprime sonne plutôt jeune, et se teinte d'un accent exotique. « Je suis une belle métisse black », précise la jeune femme, qui expose sans fard d'impressionnantes mensurations. Les rendez-vous sont « uniquement donnés le jour même » dans un studio loué, sur l'île Beaulieu. Jusqu'à 1 h du matin. Obligation de fixer une heure précise ; visiblement, la jeune femme reçoit aussi dans d'autres villes du Grand Ouest. À Rennes notamment.

A chaque nouvelle vague d'autocollants, la mairie de Nantes sort la grande armada. Nettoyage express diligenté sur-le-champ.

Affichage sauvage

Dans le Grand Ouest, le phénomène des « annonces autocollantes » est d'abord apparu à Rennes (ndlr : la ville de Rennes avait alors annoncé son intention de porter plainte pour affichage sauvage) et à Lorient. « La difficulté, c'est qu'en France, la prostitution n'est pas illégale, relève un enquêteur nantais. Ce qui est frappé d'interdiction, c'est le racolage et le proxénétisme. Face à l'invasion de telles petites annonces, la seule parade consiste à porter plainte pour affichage sauvage. Après, on peut aussi lancer une vraie enquête, sans garantie de résultats hélas, pour vérifier qu'il n'y a pas un réseau derrière tout ça. Car évidemment, on se doute bien que la jeune femme dont le nom figure sur l'autocollant n'a pas arpenté toute seule la ville pour placarder son annonce. Et si des personnes extérieures ont assuré ce service, ce n'est certainement pas désintéressé... »

Officiellement, aucune enquête n'est encore diligentée. « Faire tomber d'éventuels maquereaux, c'est extrêmement compliqué. Cela demande de longs mois d'investigation », note un policier.

Dossier complexe

« Derrière de telles affiches, il ne se cache pas forcément un souteneur ou un réseau, poursuit un spécialiste de la lutte contre le proxénétisme. Le gros de la prostitution, aujourd'hui, ne se passe plus dans la rue. Les femmes ont déserté les trottoirs depuis la loi de 2003 punissant le racolage passif. » Reste que « l'organisation carrée de l'affaire donne à réfléchir, selon de nombreux policiers. Le fait de recevoir des clients dans plusieurs villes laisse à penser que la structure est quand même assez étendue et gérée de très près. » ?

N'hésite pas à visiter et à t'inscrire à ma nouvelle communnautés

pour FILLES et GARCONS...

ainsi qu'à ma communautés sur NANTES et le 44

Un p'tit vôte pour mon site...???
Merci.
Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 **MAVERICK**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
c'est de l'argent  gagnè   "" facilement""  c'est pour ça qu'il y en a de plus en plus    
Répondre