Actu Nantaise * Trois nouveaux radars fixes en juin

Publié le par Maverick-Olivier

Trois nouveaux radars fixes en juin

Un nouveau radar vient d'être boulonné sur le terre-plein de la route nationale 165 près de Pontchâteau.
En juin, trois radars automatiques s'ajoutent aux onze déjà existant en Loire-Atlantique. L'un d'eux a été inauguré hier après-midi, près de Pontchâteau. Il se situe plus précisément sur le territoire de la commune de Saint-Anne-de-Brivet, sur la RN165, dans le sens Vannes-Nantes. Cette portion de route est particulièrement dangereuse : trois tués, huit blessés graves et huit blessés légers en 2000-2004. La vitesse y est limitée à 110 km/h, mais l'appareil, qui flashera dans le dos, tolère une marge de 3 km/h. Pour l'instant, le radar fixe en est à la phase des essais, mais dans quinze jours, les écarts de vitesse ne seront définitivement plus tolérés. Les deux autres radars installés dans le courant du mois de juin se situent respectivement à Pornic sur l'axe Pornic-Nantes, et à Fay-de-Bretagne, sur l'axe Nozay-Savenay.

 

Les radars automatiques, depuis leur mise en place (juillet 2004 pour le premier en Loire-Atlantique à Rouans), se sont révélés efficaces, en obligeant les automobilistes à réduire leur vitesse. La vitesse, souvent couplée à l'alcool qui l'accentue, est le premier facteur incriminé dans les accidents mortels. Le sous-préfet de Saint-Nazaire, Louis-Michel Bonte, affirme que « la majorité des Français cautionne cette politique car ils ont compris l'arithmétique : les chiffres des morts baissent. » En 2005, la Loire-Atlantique est passée sous la barre symbolique des 100 tués. Dans l'arrondissement de Saint-Nazaire, le nombre d'accidents graves a diminué de près d'un tiers entre le premier semestre 2004 et le premier semestre 2005.

Sur la RN165, de nombreuses voitures entament la descente où est fixée la machine à plus de 120 km/h, mais on a le temps de le voir. Radoine Dik, responsable de la sécurité routière à la DDE, explique que « les radars fixes ne sont pas conçus pour piéger ». Quand c'est toutefois le cas, le tarif en vigueur est toujours le suivant : 45 € pour un excès de 0 à 20 km/h, 90 € entre 20 et 50 km/h, et pourquoi pas la prison au-delà. Les recettes sont intégralement reversées aux actions de prévention routière. Une dernière statistique pour la route : 2151 dépassements de vitesse de plus de 30 km/h relevés (tous radars confondus) dans le département depuis le début de l'année.

** maverick **

Publié dans ** NANTES - 44 **

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article