«T'es pédé, dégage !»

Publié le par MAVERICK

Le collectif contre l'homophobie s'inquiète
de cette violence et
incite les victimes à porter plainte.

Niché entre la voie ferrée et le château des ducs de Bretagne, le square Élisa-Mercoeur apparaît de plus en plus souvent dans les colonnes des faits divers. Toujours pour la même cause : violences homophobes. Les dernières en date remontent à la nuit du samedi 18 au dimanche 19 juillet. Un Nantais d'une quarantaine d'années est alors roué de coups de poing et de pied par cinq personnes d'une vingtaine d'années.
Les insultes pleuvent :
« T'es un pédé ! Dégage ! ».
Interpellés,
 les cinq suspects comparaîtront bientôt devant le tribunal
correctionnel pour répondre de leurs actes.


 
Le square Élisa-Mercoeur a été le théâtre de plusieurs agressions homophobes
depuis le début de l'année.

« Ce qui nous inquiète, c'est la récurrence et la multiplication des agressions dans ce square qui est un lieu connu de rencontres d'homosexuels à Nantes »,
relève Hussein Bourgi, président du Collectif national contre l'homophobie. Depuis le début de l'année, le Centre gay et lesbien de Nantes en a déjà recensé quatre.
« Et encore, souvent, les personnes hésitent à se signaler et à porter plainte. Elles pensent que ça ne sert à rien ou que leur cas est isolé ».


« Une meilleure écoute des victimes »

Un des axes de travail du collectif est donc d'inciter les victimes d'agression homophobes à se manifester auprès de la police.
« Nous essayons de leur faire comprendre qu'en ne portant pas plainte, elles assurent une impunité aux agresseurs »,
poursuit Hussein Bourgi.
Le président du collectif reste néanmoins conscient de l'appréhension que certains peuvent avoir à se rendre au commissariat.

« Aller porter plainte pour homophobie, c'est afficher clairement son homosexualité. Et ce n'est pas toujours facile pour tout le monde ».
 
Le collectif assiste donc les victimes dans leurs démarches. Et se félicite des efforts accomplis ces dix dernières années par les services de police et de gendarmerie.
«
 Les actes homophobes sont désormais vraiment pris en considération et l'écoute apportée aux victimes est bien meilleure ».

Mais tout n'est pas encore parfait. Loin de là. Récemment à Nantes, le caractère homophobe d'une agression square Élisa-Mercoeur n'a pas été retenu par la justice. L'auteur a juste été condamné pour coups et blessures. La raison ? Aucune insulte homophobe n'avait été proférée par les agresseurs !

« Des lois très récentes »

« Le droit de la discrimination est très complexe, avec des lois très récentes. Et il y a peu de jurisprudence »,
confie le président du collectif contre l'homophobie.
C'est pourquoi l'association a choisi de s'appuyer sur un réseau national d'avocats spécialisés dans ce type de dossier.

« En ne portant pas plainte,
la victime assure l'impunité aux agresseurs »

N'hésite pas à visiter et à t'inscrire
à ma nouvelle communnauté


pour FILLES et GARCONS...

ainsi qu'à ma communautés
sur NANTES et le 44

Un p'tit vôte pour mon site...???
Merci.
Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 **MAVERICK**

Publié dans ** NANTES - 44 **

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
j'aime bcp ton blogje serais tres heureux si tu acceptais de publier de temps en temps des articles sur la communauté que je gere : Humeurs (le lien se trouve sur le coté de mon blog)amitiés
Répondre