La mort de la petite Marina(du Mans) remonterait au mois d’août

Publié le par MAVERICK

Marina, 8 ans, a disparu près de Mans, dans la Sarthe.

 

 « Nous avons retrouvé le corps à l’endroit que son père avait indiqué :
 un containeur placé dans un entrepôt du quartier Californie, au Mans. A priori, il n’y a pas de traces de violences apparentes. »

Rieutort, procureure de la République au tribunal du Mans, a confirmé, ce matin, la mort de Marina,
8 ans, dont la disparition a été annoncée mercredi soir.
D’après la magistrate, le père, déménageur, affirme avoir mis le corps
« dans une benne bétonnée,
dans un entrepôt dont pouvaient disposer les employés de son entreprise ».

D’après une source proche de l’enquête,
le corps aurait été retrouvé sous une dalle de béton, coulée sur la fillette.

Le père travaille aux Déménageurs bretons, mais le corps a été retrouvé sur le site des MMA, dans le quartier Californie, au sud-est du Mans.
Ce matin, policiers et vigiles avec chien verrouillaient l’accès au site.
« En arrivant, on nous a tous demandé notre badge »,
 précise un employé.
Manifestement, le père de Marina disposait d’une carte d’accès.

Début août, de mort naturelle

Pour Joëlle Rieutort, la fillette serait « probablement » décédée au domicile d’Écommoy, où la famille a vécu de mai à août.
« Le papa a dit que la fillette était décédée début août, de mort naturelle. Il a expliqué qu’il aurait emmené le corps à la cave et qu’il aurait pu le mettre dans un congélateur. »
Le corps y aurait passé un mois,
avant d’être placé dans le conteneur en béton.
« Le transfert a eu lieu récemment,
probablement en lien avec le déménagement. »

Placé en garde à vue vers 1h30, dans la nuit de jeudi à vendredi, le père a cédé face aux questions des enquêteurs, qui ont pointé plusieurs incohérences :
« En milieu de nuit, il a fini par admettre que la thèse de l’enlèvement était imaginaire. »
Mercredi soir, c’est lui qui avait alerté les secours, affirmant que Marina avait disparu sur un parking du restaurant Mc Donald’s de Saint-Saturnin, en périphérie nord du Mans. D’après Joëlle Rieutort, le père était bien accompagné de son fils, âgé de 10 ans, mais pas dans les circonstances données par le père dans un premier temps. Après la déclaration du père, la mère, enceinte, a été à son tour placée en garde à vue, en début de matinée.

Signalement de maltraitances

De gros soupçons de maltraitance pèsent sur les épaules du couple, qui a changé cinq fois d’adresse en deux ans. D’après nos informations, deux signalements ont été rédigés par les directeurs d’école où la petite Marina est passée.
« Nous avons retrouvé le premier signalement, indique Joëlle Rieutort. Un médecin légiste avait examiné la petite fille. Il avait relevé des traces anciennes, des lésions qui pouvaient être liées à la vie courante, sans extrême gravité. De petits hématomes au genou, par exemple. Mais comme il y en avait pas mal, le père a été entendu par les gendarmes. »
Conclusion ? Signalement classé sans suite :
« L’infraction n’était pas suffisamment avérée.
A l’époque, le médecin a considéré qu’il n’était pas nécessaire de placer les enfants. »

Enquête mal ficelée ? Carence des services sociaux, dont le travail est ralenti par les déménagements successifs ?
« Je ne parle pas de dysfonctionnements. Les services sociaux ont cherché à rencontrer la famille, mais les enfants ne paraissaient pas particulièrement en danger »,
 répond Joëlle Rieutort, qui ne retrouve pas la trace du second signalement. Mais reconnaît qu’on n’avait pas de traces de la petite fille à l’école depuis juin.
« Il y avait un gros absentéisme, des rendez-vous manqués aux services sociaux. »

Défience physique

Jeudi midi, Joëlle Rieutort affirmait que la fillette souffrait d’une légère déficience mentale. Dans le même temps, le directeur de l’école de Coulans-sur-Gée, qui a côtoyé la fillette de septembre 2008 à mai 2009 et rédigé le second signalement, affirmait qu’il n’y avait pas de déficience mentale, mais « surtout de grosses difficultés sociales ». « Le médecin parle plutôt de déficience physique. Des problèmes aux jambes notamment. Le handicap mental, c’est ce que nous avait dit le père », reconnaît Joëlle Rieutort.

Les quatre autres enfants de cette famille recomposée ont été placés vendredi matin. En fin de matinée, les techniciens de l’investigation criminelle ont récupéré le congélateur de la famille à la déchèterie d’Écommoy.

N'hésite pas à visiter et à t'inscrire
à ma nouvelle communnauté
SEXY
pour FILLES et GARCONS...


ainsi qu'à ma communauté
sur
NANTES et le 44

Un p'tit vôte pour mon site...???
Merci.
Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 **MAVERICK**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article