Sexe et portable : quand des collégiens dérapent

Publié le par MAVERICK

 

Deux affaires d'échange d'images pornographiques
entre collégiens sèment l'émoi, depuis la rentrée, en Loire-Atlantique.
Des dérapages auxquels sont confrontés magistrats et enseignants.

Enquête

Les adolescents usent et abusent du pouvoir de l'image sans toujours en mesurer les conséquences. Parfois graves. Deux histoires récentes l'illustrent.

Ces jours-ci, dans un collège de l'agglomération nantaise, les images d'un rapport sexuel entre deux élèves ont défilé sur des téléphones. Le garçon, âgé de 14 ans, a envoyé avec son portable la vidéo de la relation qu'il avait eue avec sa petite amie. Émotion dans le collège. Sans parler du choc subi par la jeune fille. Ses parents ont porté plainte. L'établissement n'a pas pris de mesures particulières.

L'affaire a évidemment été prise au sérieux par la police. Elle a entendu les élèves qui ont reçu la vidéo, ainsi que l'auteur présumé. Il n'a pas encore été sanctionné. La captation et la diffusion d'images à caractère sexuel d'un mineur est un délit grave, passible de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende.

Le procureur, pour asseoir ses réquisitions, attend le résultat d'une expertise psychiatrique du mineur. Acte prévu par la loi pour les infractions à caractère sexuel.

Aux États-Unis, on appelle ça du sexting

Ce fait n'est malheureusement pas un cas isolé. Aux États-Unis, on appelle cela du sexting. On se vante d'un rapport sexuel, preuve à l'appui. Et pas seulement en racontant « ça » à ses copains dans une cour d'école.

Une seconde affaire a secoué un autre collège du département, en campagne celui-ci. Ça commence comme de la drague. Le garçon d'une classe de 4e a demandé à une fille de 6e de se prendre en photo, nue. Ce qu'elle fait.

Ni une ni deux, les photos ont circulé dans l'établissement. Envoyées par le garçon et, semble-t-il, par la jeune fille. Choqués, certains élèves ont néanmoins alerté les professeurs (lire ci-dessous). Mais aucune plainte n'a été déposée.

C'est l'un des dangers rencontrés par ces adolescents accros du portable. 73 % des 12-17 ans en ont un dans les poches, selon une enquête TNS Sofres. Le Sénat veut interdire l'usage des mobiles dans les écoles primaires et les collèges. Il s'agit, pour le législateur, d'une précaution visant la santé publique.

En tenant ainsi les ados à l'écart des ondes, un autre intérêt pourrait apparaître, celui de limiter le sexting. Mais, bien souvent, dans la réalité, les portables sont déjà interdits dans les établissements scolaires.

 

 

 

N'hésite pas à visiter et à t'inscrire
à ma nouvelle communnauté
SEXY
pour FILLES et GARCONS...


ainsi qu'à ma communauté
sur
NANTES et le 44

Un p'tit vôte pour mon site...???
Merci.
Top classements des meilleurs blogs weblogs

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 **MAVERICK**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article